le no-kill, c’est quoi?

Peut-être avez-vous déjà entendu ce terme et vous vous êtes demandé de quoi il s’agissait.

En fait, si on traduisait ce terme, on aurait quelque chose comme « ne pas tuer ». Cette pratique consiste à remettre systématiquement le poisson à l’eau, même si sa taille permet de le garder. D’abord pratiqué chez les carpistes et les moucheurs, le no-kill s’est généralisé chez les pêcheurs de carnassier et même les pêcheurs au coup.

Il n’y a aucun règlement officiel pour pratiquer le no kill, c’est un engagement que le pêcheur prend avec lui même afin de préserver le milieu aquatique et ainsi avoir toujours du poisson à pêcher les années qui suivent.

Même s’il n’y a pas de règles établies, le bon sens est de mise. Par exemple :

– Une fois le poisson ramené sur la berge, éviter de le manipuler plus qu’il ne faut.
– Gardez le poisson hors de l’eau le moins longtemps possible, juste le temps de retirer l’hameçon et de prendre la photo, ensuite, relâchez-le.
– Ecrasez ou coupez l’ardillon de l’hameçon et prenez toutes les précautions pour ne pas blesser le poisson en le décrochant.
– Evitez aussi les hameçons doubles ou triples qui sont plus blessant que les simples.
– Ne jetez pas le poisson à l’eau pour le relâcher, plongez-le doucement dans l’eau, tête face au courant et attendez que ce soit lui qui parte de vos mains. Dans le cas d’une très grosse carpe, vous pourrez même être amené à entrer dans l’eau.

Vous l’aurez compris, le no kill, c’est simplement une forme de respect pour la nature, mais aussi pour sa passion. Plus il y aura de poisson préservé, plus nous aurons du plaisir à aller pêcher.

4 commentaires

  1. Le développement de l’esprit No-Kill participe également à l’amélioration de l’image de la pêche et renforce la distinction avec les chasseurs.

  2. je trouve que le no kill n’ai pas super inteligent car de une on paye un permis de peche dejas beaucoup trop cher pour quoi?? bun remetre le poisson a leau un poisson se reproduit kan meme aser vite je pence ??; ensuite la peche reste quand meme un mode de chasse . chasse :activiter permetant de se nourir a la base ! ainsi que la peche le poisson c’est tres bon .je ne suis pas vrement pour ; parcontre un nombre de race de poisson limiter oui met quon puisse au moin ramener de quoi manger cher soit le soir . histoire damortir le prix du permie de peche … . breffon le no kill y et c domage met respecton meme si ce nai pas loogic

  3. Chacun sa façon de penser, je ne suis pas d’humeur à rentrer dans le débat!

  4. Dans certains (beaucoup) étangs gérés par des associations le No Kill est assez ridicule (on va bientôt demander de pêche sans hameçon). OK pour préserver la nature (surtout en rivière). Cependant il ne faut pas oublier que les poissons qui sont déversés dans ces étangs lors des rempoissonnments annuels sont avant tout issus de l’élevage! Il est dommage de ne pouvoir emporter quelques poissons (même un seul) après sa journée de pêche (pour les manger ou les mettre dans son bassin de jardin). Dans ce cas, pourquoi ne pas acheter les prises emportées (suivant un prix résonnable of course, on pays déjà le ou les permis, selon le nombre ou le poids) . Qui plus est, l’argent donné à l’association pourrait être utilisé pour le rempoissonnement de l’année suivante. Ce serait à mon sens beaucoup plus intelligent et cela éviterait d’imposser à tous le no kill. Pour finir, ça n’empêcherait pas de prendre soin des poissons non conservés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *